/home/rsslex/public_html/wp-content/themes/_RSS2/page.php

Histoire de RSS

Fort de son expérience et de ses réussites professionnelles, l’histoire de Robinson Sheppard Shapiro s.e.n.c.r.l. est un gage de son avenir. Au cours des années, RSS a su se tailler une place de choix dans le monde des affaires tant à l’échelle locale, nationale et internationale. À l’approche de son centenaire, RSS dresse le portrait de son historique en énonçant quelques dates et événements qui ont marqué son évolution.

1892

Cadet des neuf enfants d’une famille d’immigrants russes, Benjamin Robinson naît et grandit à Portland, Maine.

1899

Joseph Shapiro naît et grandit à Montréal. Il est le deuxième d’une famille de huit enfants.

1915

Benjamin Robinson est diplômé de l’Université Harvard.

1919

Joseph Shapiro et Benjamin Robinson obtiennent leur diplôme de la Faculté de Droit de l’Université McGill.

1921

Benjamin Robinson (le père de Jonathan J. Robinson, actuellement associé chez RSS) et Joseph Shapiro (le père de Barry H. Shapiro, actuellement associé chez RSS) fondent le cabinet d’avocats Robinson & Shapiro et s’installent dans l’Édifice Transportation, au 132 rue St-Jacques Ouest à Montréal. En quelques années, Robinson & Shapiro devient l’un des petits cabinets d’avocats les plus prestigieux de Montréal. Couvrant plusieurs domaines du droit, la firme bénéficie rapidement d’une clientèle enviable.

1930

Durant les années 30, le cabinet compte parmi ses principaux clients Steinberg’s (une chaîne de supermarchés et entreprise immobilière qui devint subséquemment la plus grande chaîne de supermarchés au Québec). La clientèle comprend également d’importants fabricants de vêtements, des grossistes majeurs en fruits et légumes, des promoteurs immobiliers, des compagnies minières, ainsi qu’une variété de petites entreprises. Le cabinet est composé de trois avocats et quatre employés de soutien.

1931-1947

Tant Benjamin Robinson que Joseph Shapiro sont très actifs dans la communauté juive à Montréal et sont fortement impliqués dans l’immigration au Canada de réfugiés venant d’Europe, avant, durant et après la Deuxième Guerre Mondiale. À ce titre, les deux sont élus tour à tour président de Les Services d’assistance aux immigrants juifs de Montréal.

1938–1940

Entre 1938 et 1940, ils sont tous les deux nommés Conseils en loi du roi (c.r., maintenant Conseils de la reine) en reconnaissance de leur excellence dans la pratique du droit.

1948

Benjamin Robinson et Joseph Shapiro participent à la fondation de l’Association de droit Lord Reading, organisation qui est encore florissante et dont le but est de soutenir et de faire avancer les intérêts et le bien-être des avocats de foi juive qui, à l’époque, étaient victimes de diverses formes de discrimination. Les deux serviront en tant que Président de cette association.

1949

Suite à la création de l’Association de droit Lord Reading, Harry Batshaw fut le premier juge juif nommé à la Cour supérieure en 1949. La même année, Benjamin Robinson est le premier juif élu au Conseil du Barreau de Montréal. Il est suivi par Joseph Shapiro, aussi élu au Conseil du Barreau de Montréal.

1953

Tout en travaillant à temps partiel comme avocat interne chez Steinberg’s, Jonathan J. Robinson se joint à la pratique grandissante du cabinet comme avocat en droit des affaires et en litige.

1959

Claude-Armand Sheppard se joint au cabinet. Il se démarque rapidement tant comme avocat d’affaires que comme avocat plaidant, aussi bien devant les tribunaux civils que criminels. Il plaide de nombreux procès retentissants, y compris la défense du Dr Henry Morgentaler, dont les trois acquittements par jury entraînèrent éventuellement des changements fondamentaux dans la loi sur l’avortement.

Également en 1959, Benjamin Robinson est nommé juge à la Cour supérieure.

La venue de Claude-Armand Sheppard amorça une tendance qui mènera le cabinet à recruter des francophones et des anglophones de toutes les origines. Cette nouvelle pratique fera que la composition du cabinet reflète maintenant la société québécoise dans toute sa diversité.

Le nom du cabinet est changé en celui de Robinson Sheppard Shapiro.

1962

Au début des années 60, après plus de quarante ans de succès professionnels et jouissant du respect de ses collègues comme avocat et comme gentleman, Joseph Shapiro prend sa retraite.

1964

Après quarante-trois années dans l’Édifice Transportation, le cabinet déménage à la Tour de la Bourse, Place Victoria, dont il occupe aujourd’hui les deux derniers étages.

1965

Barry H. Shapiro se joint au cabinet comme avocat en droit des affaires et droit des sociétés. Dans la foulée de son père, il fut subséquemment élu président de l’Association de droit Lord Reading. Quelques années plus tard, Charles E. Flam, l’associé directeur actuel de RSS, et Herbert Z. Pinchuk, aujourd’hui chef du département du droit des affaires, se joignent au cabinet.

Suivant ces nouvelles additions, la firme compte neufs avocats. Elle se spécialise en droit des affaires et litige civil.

1976

Michel Green fait son entrée au cabinet. Rapidement il développe l’une des plus importantes et prestigieuses pratiques en droit d’assurance au Canada. Presque au même moment, Lynne Kassie se joint à RSS et elle aussi, en peu de temps, bâtit l’une des pratiques du droit de la famille les plus grandes et les plus connues au Québec.

1977

Suite à la révolution informatique et afin de remplacer les anciennes machines à écrire et le papier carbone, le cabinet installe le premier système de traitement de texte, ancêtre des ordinateurs d’aujourd’hui.

1992

Avec la croissance du cabinet, et les besoins grandissant de nos clients en droit fiscal, cette pratique est ajoutée à l’ensemble des services de Robinson Sheppard Shapiro. Elle est aujourd’hui dirigée par Martin Lord.

1996

Avec la fusion du cabinet Goloff & Boucher, RSS ajoute la pratique du droit du travail qui est suivie, peu de temps après, par l’addition d’un autre domaine de pratique, soit le droit des transports, avec l’arrivée de Louise Baillargeon et son équipe, à laquelle Céline Trudeau s’ajoute quelques mois plus tard. Robinson Sheppard Shapiro compte 42 avocats.

2000

Dans le but d’étendre sa pratique et d’offrir de nouveaux services à sa clientèle, le cabinet Lebel & Associés se joint au groupe du droit bancaire de Robinson Sheppard Shapiro. De plus, à l’orée du 21e siècle, Robinson Sheppard Shapiro adopte un nouveau logo et la marque RSS.

2001

RSS se joint, en tant que son représentant québécois, au réseau de cabinets d’avocats International Lawyers Network (ILN). Ce réseau comprend plus de 5 000 avocats dans près de 70 pays partout au monde. Cette affiliation permet à RSS de servir sa clientèle internationalement.

2002

Suite à sa fusion avec Arcand, Duval, Doyon, cabinet important en droit de l’immigration, RSS ajoute de nouveaux services pour faire face à la demande occasionnée par la mondialisation des marchés et le mouvement du capital humain. Outre sa présence à Montréal, le groupe de pratique comprend des bureaux à Hong Kong et à Shanghai par l’entremise d’un cabinet affilié.

2003

À la croissance interne de chaque expertise, s’ajoute l’arrivée d’un groupe d’avocats spécialisés dans la pratique du droit maritime.

2005

Robinson Sheppard Shapiro, s.e.n.c. devient une société en nom collectif à responsabilité limitée, Robinson Sheppard Shapiro, s.e.n.c.r.l.

2016

RSS ouvre un bureau à Saguenay, afin de répondre aux besoins de sa clientèle de l’est du Québec.

2018

RSS s’établit à Saint-Jérôme, pour se rapprocher de ses clients de la couronne nord de Montréal et des Laurentides.

2019–

Au cours des dernières années, le cabinet a connu une croissance rapide. À l’heure actuelle, RSS compte plus de 180 personnes dont presque la moitié sont des professionnels du droit. Dès les années 50, RSS devenait l’un des premiers cabinets à avoir reconnu la place des femmes dans la pratique du droit.

Neuf anciens associés de RSS sont devenus juges à la Cour supérieure.

RSS est maintenant un cabinet multiculturel bilingue, dont la culture met de l’avant l’excellence dans la pratique du droit, l’intégrité, la qualité de vie, la stabilité, les valeurs familiales et la contribution à la société, tant en termes de services que de philanthropie. RSS a innové et continuera à le faire.