Bulletins

123

Animaux sauvages à déclaration obligatoire

Que faire lorsque l’on retrouve un animal blessé ou mort sur la route?

Avant d’entreprendre toute procédure d’enlèvement de la carcasse de l’animal concerné, la Loi sur la conservation et la mise en valeur de la faune (ci-après « la Loi ») (R.L.R.Q. Chap. C-61.1) impose à tous et toutes, dans certaines situations, une obligation de déclaration. Cette obligation se retrouve à l’article 68 de la Loi et se lit comme suit :

« 68. Dans les cas prévus par l’article 67 ou dans le cas d’un animal trouvé ou d’un animal tué ou capturé accidentellement, une personne doit, sans délai:

  1. s’il est indemne et vivant, le remettre en liberté ou en disposer selon les conditions déterminées par règlement du ministre;
  2.  s’il est blessé ou mort, le déclarer à un agent de protection de la faune et, si ce dernier l’exige, le lui remettre pour confiscation. »

À noter que l’article 67 de la Loi stipule que :

« 67. Une personne ou celle qui lui prête main-forte ne peut tuer ou capturer un animal qui l’attaque ou qui cause du dommage à ses biens ou à ceux dont elle a la garde ou est chargée de l’entretien lorsqu’elle peut effaroucher cet animal ou l’empêcher de causer des dégâts.

Nul ne peut abattre ou capturer un animal qui cause du dommage aux biens ou qui doit être déplacé pour des fins d’intérêt public, sauf aux conditions déterminées par règlement du ministre. »

L’obligation de déclaration à un agent de protection de la faune ne s’applique qu’aux animaux que l’on retrouve énumérés à l’article 1 du Règlement sur les animaux à déclaration obligatoire (chapitre C-61.1, r. 4), lequel se lit comme suit :

« 1. Pour l’application de l’article 68 de la Loi sur la conservation et la mise en valeur de la faune (chapitre C-61.1):

  1. les animaux indemnes et vivants qui doivent être remis en liberté sont ceux de toute espèce;
  2. les animaux blessés ou morts qui doivent être déclarés à un agent de protection de la faune et, si ce dernier l’exige, lui être remis pour confiscation sont les suivants:
  1. Mammifères:

Boeuf musqué (Ovibos moschatus);

Carcajou (Gulo gulo);

Caribou (Rangifer tarandus);

Cerf de Virginie (Odocoileus virginianus);

Couguar (Felis concolor);

Coyote (Canis latrans) et ses hybrides;

Loup (Canis lupus) et ses hybrides;

Lynx du Canada (Lynx canadensis);

Lynx roux (Lynx rufus);

Opossum d’Amérique (Didelphis virginiana);

Orignal (Alces alces);

Ours blanc (Ursus maritimus);

Ours noir (Ursus americanus);

Renard gris (Urocyon cinereoargenteus);

  1. Oiseaux:

Dindon sauvage (Meleagris gallopavo silvestris);

Oiseaux de proie diurnes et nocturnes. »

Une fois la déclaration faite, c’est l’agent de la faune qui guidera les actions à prendre conformément à l’application de la Loi et des règlements pour procéder à l’enlèvement.

Dans la situation où l’animal est mort, c’est l’endroit où il est retrouvé qui orientera les démarches et les acteurs à intervenir. En effet, si la carcasse est retrouvée sur une route ou en bordure d’une route municipale, il reviendra à la municipalité d’agir. Toutefois, si la carcasse est plutôt retrouvée sur une route provinciale, il faut alors communiquer avec le ministère des Transports du Québec qui sera responsable de procéder.

Dans une situation où un citoyen retrouve un animal mort ou blessé sur sa propriété privée, il devra, en premier lieu, déclarer l’animal retrouvé. S’il figure dans la liste, il devra le déclarer à l’agent de la faune qui lui, par la suite, le réfèrera aux intervenants appropriés, soit, par exemple, la municipalité.

Concernant un animal frappé lors d’un accident de la route, qu’il soit blessé ou mort, en plus de contacter le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs pour signaler la situation à un agent de la faune si l’animal figure dans la liste à déclaration obligatoire, il faudra également que le conducteur du véhicule routier impliqué dans l’accident contacte le service de police le plus près lorsque l’animal pèse plus de 25 kilogrammes. Il faut savoir que la règle des 25 kilogrammes[1] s’applique tant pour les animaux sauvages que ceux domestiques.

En somme, en cas de doute, contacter SOS Braconnage – Urgence faune sauvage lorsqu’un tel événement a lieu sur votre territoire avant de prendre une initiative, car les sanctions et les obligations entourant la conservation de la faune et le braconnage sont nombreuses et strictes.

Pour de plus amples informations, n’hésitez pas à vous référer à un conseiller juridique qui saura vous orienter légalement et convenablement.

[1] Article 171 du Code de sécurité routière (R.L.R.Q. chap. C-24.2).

123

Auteurs

Gaston Saucier

Avocat, associé

Articles dans la même catégorie

La piscine flotte, la demande coule

Dans la décision récente Piscines Élégance – Québec inc. c. Comtois, 2023 QCCS 4574, la Cour Supérieure rappelle les règles entourant l’obligation d’information d’un entrepreneur envers son client dans le cadre d’un contrat de consommation à forfait pour lesquels des extras onéreux ont été facturés. Piscines Élégance – Québec inc. (« Piscines ») réclame au défendeur Comtois […]

L’Apostille : un processus simplifié de légalisation internationale

Le 11 janvier 2024, une nouvelle procédure est entrée en vigueur pour la légalisation des documents émis au Québec et plus largement au Canada et qui ont vocation à être déposés auprès d’autorités étrangères, qu’il s’agisse de simples justificatifs administratifs pour l’obtention de permis quelconques ou de véritables preuves au soutien de procédures judiciaires internationales. […]

Le vice était bien caché, mais était-ce suffisant?

Dans l’affaire Cvesper c. Melatti, la Cour d’appel nous rappelle l’importance d’aviser le vendeur en temps opportun lors de la découverte de vices cachés, même bien cachés, car le retard ou l’omission de le faire peut avoir un impact fatal sur le droit d’action de l’acheteur. Les faits En mai 1980, l’appelante, Mme Cvesper, achète […]

Vol n’équivaut pas négligence

Dans un arrêt récent, la Cour d’appel du Québec a confirmé la décision de l’Honorable Chantal Corriveau de la Cour supérieur selon laquelle, une partie ne peut bénéficier des présomptions de responsabilité du Code civil du Québec lorsqu’il y a absence d’un lien contractuel entre les parties. Dans de tels cas, ce sont plutôt les […]

La clause de « soins appropriés » en assurance invalidité : une application lourde de conséquences pour l’assuré 

Dans Desjardins Sécurité financière c. Hébert, la Cour d’appel nous rappelle une condition essentielle souvent oubliée pour prétendre à des prestations d’assurance invalidité, soit l’obligation d’être suivi et de recevoir tun traitement médical, contractualisation de l’obligation de mitiger ses dommages. La Cour se penche également sur la transposition de l’arrêt Fidler c. Sun Life du […]

« Télétravail » maintenant, et pour toujours ?

« Je souhaite présenter une offre d’emploi à cette candidate. La prestation de travail sera effectuée à distance, en télétravail. Pourrais-je modifier cette condition par la suite ? » Dans une décision rendue le 16 mars 2023, le Tribunal administratif du travail confirme que l’employeur dispose d’un droit de gestion qui lui permet d’exiger le retour au […]

Soyez les premiers informés

Abonnez-vous à nos communications